e-shop / Collection

STUART N°26 AVR/MAI 21

 

 

Après une légère période d’accalmie ponctuée de stop and go, où, tant bien que mal, nous avons slalomé à travers la pandémie, de nouvelles mesures de restrictions viennent encore de tomber. Télétravail, fermeture des écoles et des magasins dits non essentiels pour une durée d’un mois (minimum…), sous réserve d’amélioration de la situation sanitaire. Lueur d’espoir dans un ciel débordant de dépêches moroses, à l’échelle mondiale l’art semble quant à lui sortir timidement la tête hors de l’eau et revenir au devant de la scène.
Nos frontières fermées, il est impossible de voyager sauf, selon la formule consacrée, pour des raisons impérieuses… Qu’à cela ne tienne, STUART Magazine est là pour vous emmener ! Et c’est à New York que le tempo est donné pour démarrer ce numéro, avec la spectaculaire exposition « WHAT PARTY » de KAWS, rétrospective mettant en lumière le chemin parcouru par l’artiste, de ses débuts jusqu’au prestigieux Brooklyn Museum.
Nous profiterons de ce passage dans la City pour rendre visite au talentueux pochoiriste DAIN ; rencontre en toute intimité dans son atelier aux collages pop glam panachés. Il nous conviera à l’exposition voisine du jeune prodige ibérique DULK, « Ephemeral Treasures », dans l’univers de son bestiairesurnaturel… Temps fort qui nous projettera directement au musée Centre del Carme de Valence en Espagne, pour sa toute nouvelle exposition sur le thème de la protection de la nature et de l’environnement, qui lui est si cher. Nos libertés restreintes depuis maintenant trop longtemps, plein feu sur l’Amérique latine et la culture andine, avec l’humanité transcendante de l’artiste péruvien Jade Rivera. La force de son oeuvre amplifiée par une telle simplicité ne peut qu’émouvoir le spectateur et faire frémir notre sensibilité… Actualité également du côté du pionnier du style photoréaliste Case Maclaim, connu pour sa maîtrise de la perfection du détail qui rend son œuvre inégalable.
À découvrir également au sein de ce numéro : les courbes monochromes de KEF! sur voiture de luxe, notre Hopare national face au Palais du Louvre (rien que ça), les portraits de Mahn Kloix comme lien social, les « punitions » du Brésilien Rafael Sliks, et enfin les portraits de vie de l’Australien Heesco.
Parenthèse enchantée avec laquelle nous refermerons momentanément cette édition, la découverte de l’étonnante Chloé Kelly Miller et son cubisme déstructuré et chatoyant.
Vous souhaitant la plus belle immersion avec ce nouveau numéro, prenez soin de vous, avec ou sans vaccin… on ne vous l’aura jamais autant répété.

10,50

Catégorie :